"Nous sommes l’architecte de nous-mêmes de notre santé ou
de notre maladie suivant le choix de notre mode de vie.
Il est impossible de dissocier note santé physique de notre
être psychologique, émotif et spirituel."

"Le bon fonctionnement et le dérèglement d’un organisme
sont étroitement liés 
à la façon dont l’individu
se comporte face à la vie,

selon qu’il l’empoigne ou qu’il la subit."

« La santé est notre héritage, notre droit.
C’est l’union parfaite entre l’âme, l’esprit et le corps;
il ne s’agit pas d’un idéal éloigné et difficile à atteindre,
mais d’un idéal si simple et si naturel qu’il échappe
à beaucoup d’entre nous. »

Dr Edward Bach

 
Sophrologie

Comment se passe une séance de sophrologie ?

 

Le patient est plongé dans un état de relaxation profonde, une sorte d'hypnose consciente. A ce moment, il retrouve en rêve une situation qui l'angoisse ou qu'il n'arrive pas à dépasser. Grâce à des techniques respiratoires et des mots qu'il trouve (variables d'un patient à l'autre), il chasse le stress et surmonte l'épreuve. Une fois dans le réel, il reproduit cette détente et prononce les mots, associés désormais à la relaxation. L'événement peut être surmonté.


Présentation



La sophrologie est une technique de relaxation s'apparentant à l'hypnose, en ce sens qu'elle amène le sujet dans un état de conscience qu'on pourrait dire « désencombré ». Le sujet est alors capable de se concentrer d'une manière exceptionnelle sur un besoin spécifique. Il peut s'agir, par exemple, d'atténuer les douleurs causées par un traitement médical, de préparer un examen ou une compétition, d'abandonner une dépendance ou de réduire les effets du stress. 
Le terme a été créé à partir des mots grecs sos (harmonie), phren (esprit) et logia (étude), combinaison à laquelle les sophrologues donnent le sens « d'étude de l'harmonisation de la conscience ».


Outils et modes de pratique 

Très largement inspirés des techniques d’autohypnose, de yoga, de méditation, ainsi que du training autogène, ses outils comprennent surtout des exercices mentaux et respiratoires, des visualisations et certains exercices corporels.
Plusieurs exercices sont axés sur l'attention aux sensations physiques, car la représentation corporelle jouerait un rôle très important sur la conscience. En ce sens, la sophrologie pourrait faire partie des thérapies que l'on dit psychocorporelles.
Pour illustrer le processus capable d'amener la conscience hors de son état habituel, mentionnons un exercice mental basé sur le paradoxe (comme il en existe dans le zen) : assis, les yeux fermés, les mains en coquille sur les oreilles, imaginer que l'on entend de la musique classique de l'oreille droite et du jazz de l'oreille gauche.


Deux modes de pratique

  1. Par soi-même, pour soi-même. On peut apprendre les exercices appropriés et les pratiquer ponctuellement, à la manifestation d'une douleur, par exemple. On peut aussi répéter quotidiennement une séquence d'exercices (parfois avec un support audio enregistré) dans le but de poursuivre un travail de développement personnel : stimuler sa motivation ou sa créativité, se défaire d'une dépendance, s’affirmer face à l’autorité, s'ouvrir spirituellement, etc.
  2. En consultation. Dans ce cas, le sophrologue induit chez le sujet l'état de conscience requis et l'amène, avec son accord préalable, à « reprogrammer » son comportement (pour régler un problème ou accomplir une tâche). Il n'y a aucun contact physique.

D’Occident et d’Orient 


La sophrologie a été mise au point au milieu du XXe siècle par Dr Alfonso Caycedo, neuropsychiatre colombien alors établi en Espagne, qui s'intéressait particulièrement aux états et niveaux de conscience : veille, vigilance, concentration, attention flottante, coma, etc., ainsi qu’à l'hypnose médicale.
Après avoir sérieusement étudié la phénoménologie et séjourné pendant deux ans en Orient pour s'initier à certaines techniques d’accès à des états de conscience non ordinaires, il crée officiellement la sophrologie en 1960.


Au fil de l'expérimentation, Dr Caycedo crée deux familles de techniques.

  1. Les relaxations dynamiques, qui comprennent plusieurs exercices empruntés au yoga, au bouddhisme et au zen. Elles sont destinées à mieux connaître son corps, à relaxer mentalement, à stimuler l'hémisphère droit du cerveau et à élever le niveau de créativité et d'intuition. Le sujet est initié par étapes à cette pratique.
  2. Les sophronisations, qui se pratiquent à l'intérieur d'une relation privée sophrologue-client. D'un ton monocorde, le sophrologue amène le client dans un état cérébral d'ondes alpha et l'entraîne dans le travail de suggestion mentale sur lequel ils se sont préalablement entendus.

Toujours plus haut

  1. L'être humain est un tout, une entité.
  2. Le bonheur est en soi et on ne le trouvera nulle part ailleurs.
  3. L'objectif ultime de cette pratique est d'atteindre l'état supérieur de la conscience « sophronique » – ce qui correspond au satori dans le zen ou au samadhi dans le yoga
  4. La sophrologie prétend toutefois renforcer la personne dans toutes ses structures, tant physiques que psychologiques; la plupart du temps, cela suffit pour que les symptômes de détresse ou de maladie régressent
  5. Mentionnons finalement que plusieurs médaillés olympiques ainsi que des cosmonautes russes auraient utilisé la sophrologie au cours de leur entraînement.

Applications thérapeutiques

Douleur 
La douleur est un phénomène complexe, à la fois physiologique et psychologique. On utilise la sophrologie pour aider le patient à contrôler le désagrément et l’intensité de sa douleur. Les diverses techniques visent, entre autres, à détourner l’attention du patient en suggérant, par exemple, le remplacement de la douleur par une sensation plus agréable (engourdissement). S’y associent généralement des suggestions pour diminuer l’anxiété et la peur de la douleur ainsi que pour augmenter la confiance en soi et le sentiment de sécurité. Un tel travail exige une importante implication de la part du patient, et un thérapeute adéquatement formé.

Anxiété
Dans la mesure où le stress et certains problèmes psychiques sont en lien avec diverses maladies, comme le psoriasis, la constipation, les ulcères et l'asthme, la sophrologie peut fournir des ressources en utilisant la parole, l’image ou simplement des techniques de respiration pour apprendre au sujet à diminuer son anxiété. Une personne entraînée peut y avoir recours dans des situations sur lesquelles elle se sera préalablement penchée au moment de ses pratiques. De plus, en suscitant une attitude positive, la sophrologie a pour but d'aider à mieux vivre et à s'épanouir. 

Préparation à l’accouchement 
Pendant la grossesse, la sophrologie aiderait la mère à établir une relation avec l’enfant à naître à travers des visualisations et à se préparer mentalement et physiquement à l'accouchement naturel. Au moment de l'accouchement, elle pourrait mieux prendre en charge le processus, gérer la douleur et oxygéner adéquatement le bébé (l'entraînement sophrologique consiste notamment en une respiration profonde, et non haletante comme celle couramment utilisée).

Autres applications 
Apprentissage. Préparation à la réussite scolaire, amélioration de la concentration et de la mémoire, entraînement à la pensée positive et à la gestion du stress. La sophrologie peut être appliquée aux enfants.

Sport. Motivation, préparation aux compétitions, gestion du seuil de douleur, affinement de la sensibilité interne, dépassement de la peur, régularisation du sommeil.

En pratique 
Pratique individuelle de développement personnel 
Il existe plusieurs livres permettant de s'initier aux techniques de base, mais comme c'est le cas pour de nombreuses approches - que ce soit le yoga ou la danse - il est préférable de suivre d'abord un entraînement auprès d'une personne adéquatement formée.